dimanche 4 septembre 2011

Programmes scolaires en France

La décision de renouveler ou de créer un programme relève du ministre de l'Education nationale. Jusqu'en 1989, la conception des programmes appartenait uniquement à l'Inspection générale. La loi d'orientation de 1989 tente de briser ce «monopole». La réflexion sur les orientations générales relève désormais du Conseil national des programmes (CNP). Pour chaque discipline, un groupe d'experts est chargé du travail scientifique et didactique et de la rédaction du projet. Celui-ci est ensuite soumis au CNP. Le texte passe devant le Conseil supérieur de l'éducation (CSE), puis il est soumis à la signature du ministre et publié au Bulletin officiel de l'éducation nationale (BOEN).
Une nouvelle définition des objectifs éducatifs?

A la suite du rapport du Collège de France, (« Pour un enseignement de l'avenir ») élaboré par la commission Bourdieu-Gros, la loi d'orientation de 1989 crée le Conseil national des programmes (CNP) constitué d'universitaires et de chercheurs nommés pour 5 ans.

Chargé d'élaborer les cadres d'une refonte des contenus d'enseignement, le CNP a publié en 1992 une « Charte des programmes », dans laquelle il définissait d'une manière générale les objectifs éducatifs à tous les niveaux du cursus scolaire (maternelle, enseignement primaire et secondaire, université). Censé « élargir la réflexion, susciter et favoriser le débat, au-delà des logiques strictement disciplinaires », le CNP constitue «une instance de réflexion prospective et de proposition, indépendante tant à l'égard de l'institution que des organisations professionnelles ». Le CNP s'est ainsi vu attribuer un rôle majeur dans la rénovation des programmes. Il donne son avis sur la composition des groupes d'experts chargés de cette mission et sur le résultat de leurs travaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire